À propos

Ce carnet vise à faire le point sur l’avancée du projet en informant sur les manifestations et les publications qui vont être réalisées au fur et à mesure. Il sera également un lieu d’échanges entre chercheurs. Enfin, l’actualité scientifique sur la question (dernières parutions, bases de données, appels à communication, etc.) ainsi que des comptes rendus de travaux sur le thème seront mis en ligne.

Ce carnet porte sur un projet intitulé « Les revues de droit en Europe (XIXe-XXIe siècles) » (REVDROP) qui a pour but de s’interroger sur les enjeux juridiques, politiques et culturels des périodiques.
Depuis quelques dizaines années, les revues juridiques ont fait l’objet d’un intérêt particulier de la part des historiens du droit en Europe. Ces premières recherches se sont concrétisées par la publication d’études collectives en Allemagne, en Belgique, en Italie et en France. Elles ont permis de mieux comprendre comment les périodiques juridiques, c’est-à-dire à la fois les revues, les bulletins, les journaux juridiques ont contribué à former le droit national, à le remettre en question et à lui donner une place dominante par rapport aux autres sciences sociales au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Toutefois, ce travail doit encore être approfondi afin de mieux appréhender le rôle des revues dans l’émergence, l’institutionnalisation ou, au contraire le recul, des différentes branches des droits nationaux, mais aussi dans la structuration de l’Etat. C’est ce que nous nous proposons de faire sans pour autant nous y limiter.

Parallèlement à cet aspect « local », l’originalité de notre projet est de s’inscrire également dans une dimension européenne. Il s’agit de déterminer si les caractéristiques, les stratégies, les idées et les mécanismes propres à ce type de périodiques sont semblables en France, en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Espagne au Portugal, en Angleterre, en Scandinavie et dans les pays Baltes. En d’autres termes, les revues juridiques ont-elles des traits communs et fondent-elles une future culture européenne du droit ?

Pour le déterminer, nous devons poser de façon systématique quatre grandes questions :
Les raisons de la fondation d’une revue : pourquoi a-t-on fondé une revue juridique ? Quels étaient la motivation et surtout l’objectif de ces publications ? Les raisons sont-elles identiques dans les divers pays européens ? L’aspect programmatique des revues, présenté en général dans leurs premiers numéros, permet de répondre à cette question et donne des premières indications sur l’orientation souhaitée par les fondateurs. Il permet parallèlement pour les chercheurs de mesurer la conformité de la revue avec ses objectifs initiaux. La revue échappe-t-elle finalement aux buts qui lui étaient impartis ? Pour quelles raisons ?

L’analyse du contenu : l’objectif est ici de mettre en évidence les débats connus ou moins connus qui nourrissent ces revues. Il sera ainsi possible de déterminer quelles sont les branches du droit qui se forment au cours des trois derniers siècles, qui dominent ou qui tendent à disparaître ; quels rôles ces contenus jouent dans l’organisation, la consolidation ou au contraire la remise en question de l’unité politique, sociale et linguistique d’un Etat ; comment les auteurs intègrent d’autres savoirs juridiques (géographiques, politiques, etc.) dans le droit, avec quels objectifs et quelles conséquences (la biologie en matière de filiation, de procédure et de droit pénal, par exemple) ; et si ces dynamiques sont nationales ou européennes. Il est nécessaire de s’interroger ici sur la relation de la revue au monde qui l’entoure. Ainsi, certaines revues, même parmi celles qui ont été créées dans un but avant tout professionnel, échappent à ce carcan et sont porteuses d’une vision politique, juridique, voire sociale.

Les acteurs des revues : Qui sont les hommes et les femmes qui ont pris l’initiative de faire une revue juridique ? Les éditeurs ont souvent une image claire du droit et des enjeux politiques sous-jacents. Leur orientation joue-t-elle un rôle dans le choix de publier ou non une revue ? Existe-t-il des liens entre les éditeurs et les auteurs des contributions ? Quant à ces auteurs, connus sous le nom de « doctrine », qui sont-ils ? Au XIXe siècle, les revues juridiques sont souvent étroitement liées aux facultés de droit. Cela signifie-t-il que la culture juridique est formée par les professeurs ? La place des magistrats, des avocats et plus généralement des auxiliaires de justice n’a-t-elle pas été sous-évaluée ? Cette prépondérance a-t-elle connu des changements aux XXe et XXIe siècles ? Dans quelle proportion les technocrates ont-ils remplacé au XXe siècle les juristes et quel a été le résultat de cette nouvelle distribution du « pouvoir doctrinal » ? A quel point ces acteurs sont-ils influencés par des motivations politiques, psychologiques, idéologiques, de carrière et quelles en sont les conséquences sur les grandes orientations doctrinales des nations ?

La réception et la circulation juridique : nous partons du présupposé que la doctrine a une influence sur le droit, mais encore faut-il le prouver, mesurer cette influence (par l’étude précise de la diffusion des revues par exemple) et en retracer la circulation aux niveaux national et international. Dans cette optique, une attention particulière sera portée sur les revues de droit colonial, de droit européen et de droit international qui représentent un « lieu intellectuel » privilégié pour penser les logiques impériales et internationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *